Travailler au Japon

Beaucoup d’étrangers veulent travailler au Japon mais une majorité d’entre eux échouent.

Seule une minorité de personnes arrivent réellement à trouver un emploi stable et à long-terme.

travailler au japon

Pouvoir travailler au Japon est souvent considéré comme le « saint-graal », une chance inouïe ou inespérée.

Bien qu’en vrai, celle-ci n’a pas grand chose à voir là-dedans…

Ce qui fait les « envieux », c’est qu’au delà de l’opportunité professionnelle, avoir un visa de travail donne la possibilité de vivre au légalement Japon.

Est-ce vraiment difficile de trouver un travail au Japon ?

Trouver un emploi à mi-temps (Arubaito アルバイト) ce n’est pas si compliqué.

Mais décrocher un CDI (Seishain 正社員) c’est une autre histoire.

Je vais être franc avec vous, trouver un emploi (stable) au Japon est loin d’être une mince affaire.

Et peut même se révéler être un vrai parcours du combattant si on n’y est pas préparé !

Ce sera un challenge de taille pour la majorité d’entre nous, mais je vous rassure ce n’est en aucun cas « Mission Impossible ».

Pourquoi de nombreux étrangers ne trouvent pas de travail au Japon ?

Vous vous demandez certainement pourquoi certains réussissent et les autres non.

Pourquoi chercher un travail au Japon est réputé pour être difficile ?

Je vois plusieurs raisons a cela :

Une immigration contrôlée

Tout d’abord il faut savoir que le Japon n’est pas un pays naturellement ouvert envers l’étranger. L’immigration est très stricte en matière de visa de séjour.

L’admission des immigrés se fait méticuleusement, chaque dossier est traité au cas par cas.

Une mauvaise préparation

Avant de trouver mon premier travail au Japon, j’ai vraiment galéré car je ne savais pas par où commencer, ni comment comment m’y prendre.

Je n’y connaissais rien au marché du travail au Japon, ni les procédures au niveau immigration, ni les coutumes de travail dans une entreprise japonaise.

Ainsi j’ai raté beaucoup d’opportunités et j’ai vu beaucoup de camarades de classe repartir dans leur pays faute de ne pas trouver d’emploi.

Je connais même quelques uns qui ont pu trouvé un travail mais qui ont échoué lors de la constitution de leur dossier pour l’immigration…

Ce que j’ai pu constater c’est qu’un majorité d’étrangers n’étaient pas assez préparés ou ni assez informés.

Au delà de la barrière de la langue, il faut par exemple savoir écrire un CV japonais, savoir rédiger une lettre de motivation japonaise, savoir comment se comporter lors d’un entretien d’embauche…

Bref il faut connaitre les codes et coutumes locales pour avoir une chance d’être embauché.

Un manque de bagages professionnels

Trop de gens viennent au Japon avec trop peu compétences professionnels pour être assez compétitif sur le marché du travail nippon.

Ces derniers sont tellement aveuglés par leur « rêve de vivre au Japon » qu’ils oublient vite qu’ils ne remplissent ni les pré-requis (linguistiques et professionnels).

Généralement un niveau en japonais JLPT 2 et un diplôme Bac +3 sont le minimum syndical pour prétendre travailler au Japon.

Vous ne pouvez pas « venir les mains dans les poches » et espérer que la chance vous tombe du ciel.

Il faut se mettre à la place d’une entreprise japonaise, et se demander quelle plus-value pouvez vous apporter si elle vous embauche ?

Ce que vous devez savoir avant de travailler au Japon

Lorsque je recherchais du travail au Japon, j’aurais voulu qu’on me dise comment procéder.

Je me rappelle que j’ai du essuyer une cinquantaines de refus d’embauche avant de décrocher mon premier « job ».

Afin de vous aider dans votre recherche d’emploi au Japon voici quelques guides et articles concernant le travail au Japon.