Apprendre le japonais

Apprendre le japonais est une activité qui attire beaucoup de gens. Parmi lesquels, il y a ceux qui pratiquent cette langue en tant que hobby, d’autres de manière plus régulière en autodidacte ou dans une école enseignant le japonais.

La plupart des gens qui veulent étudier le japonais ne le font pas par hasard.

La fascination qu’ils ont envers le Japon et la culture nippone est le généralement le déclencheur de cet engouement.

Les animes et jeux vidéos sont majoritairement les portes d’entrées de cet intérêt. Mais les voyages au Japon, la cuisine ou l’apprentissage d’un art japonais (Judo, Ikebana, Calligraphie…) comptent aussi parmi les nombreux déclencheurs de notre curiosité envers le Japon.

En effet, lorsqu’on découvre le pays du soleil levant pour la première fois, il y a vraiment de quoi être charmé par toutes les facettes qui l’entoure.

Ces facettes nous donnent envie d’en connaitre plus et nous amène naturellement à nous intéresser à sa langue locale : le japonais.

La langue japonaise et son histoire

À ces origines, le japonais n’était pas une langue écrite mais plutôt une langue parlée. Ce n’est qu’après le 4e siècle, que le japonais s’est enrichi progressivement avec l’apport des caractères chinois (qui deviennent les Kanji), l’invention des Hiragana et Katakana puis l’importation de mots étrangers (anglais, allemand…).

Aujourd’hui la langue japonaise, dit nihongo (日本語) en japonais, est la 11ème langue la plus parlée dans le monde. Un peu plus de 130 millions de personnes l’utiliserait.

Bien que ce nombre peut paraître énorme, le japonais reste une langue isolée car il est majoritairement pratiqué par les natifs du pays nippon.

Cette exclusivité peut venir de plusieurs facteurs : Par exemple le Japon reste très fermé sur le monde. Les immigrations sont minutieusement contrôlées. L’apprentissage de langues étrangères comme l’anglais n’est pas une priorité pour les japonais, l’aspect d’ile isolée au niveau géographique ne facilite pas non plus l’ouverture vers l’extérieur.

Mais malgré ces inconvénients, le japonais reste une langue très prisée et attire de nombreux adeptes partout dans le monde.

L’écriture japonaise

Le japonais se compose de trois systèmes d’écriture :

  • Les Hiragana qui se composent chacun de 46 caractères
  • Les Katakana qui comportent aussi 46 caractères.
  • Les Kanji qui comptent officiellement 2316 caractères (Jōyō kanji 常用漢字).

Les Hiragana et Katakana souvent aussi appelés Kana, ont été inventés au Japon.

Les Kanji quant à eux, viennent des caractères chinois, mais la façon de les prononcer est tout autre.

Selon les mots, un Kanji pourra avoir 2 prononciations : une prononciation sino-japonaise (Onyomi 音読み) ou une prononciation japonaise (Kunyomi 訓読み).

Par exemple pour le kanji de l’eau :

Dans le mot 水曜日すいようび (Suiyoubi : Mercredi), il se lit « Sui », tandis qu’avec le mot 水着みずぎ (Mizugi : Maillot de bain) il se lira « Mizu ».

D’autres particularités de la langue japonaise

Comme cité ci-dessus, une des particularité est que le japonais utilise 3 formes d’écriture (Hiragana, Katakana et Kanji).

Le niveau de difficulté que représente notamment les Kanji, peuvent dissuader les débutants.

Ensuite à l’inverse de chez nous, les livres traditionnels se liront généralement à partir de la fin, vu que les caractères seront écrits de haut en bas et que ces lignes verticales se lisent de gauche vers la droites.

Les subtilités (Tatemae 建前, Honne 本音), sa consonance, ses différents niveaux de politesses (Suffixes, Keigo 敬語) sont des points clés de la philosophie japonaise.

On évitera souvent d’être trop direct tout en restant le plus poli possible.

Les verbes se mettent généralement en fin de phrase, ce qui implique des phrases entières pour réellement comprendre le contexte.

Certains mots peuvent s’écrire de la même manière (ex : Hashi 橋 et 箸). Mais à l’oral, ils prononceront avec un accent légèrement différent afin de les discerner.

Parler en japonais nécessite aussi de faire attention à l’intonation.

Il existe bien entendu d’autres particularités, mais rien qu’avec celles cités ci-dessus, le japonais peut sembler difficile…

D’un point de vue personnel, je pense que la plus grande difficulté dans cette langue reste les Kanji. C’est « la bête noire » pour beaucoup d’étrangers.

Même si le japonais est considéré comme une « langue difficile », sachez que chaque langue aura son lot d’obstacle.

Et vous auriez tord de croire que le japonais est plus difficile que notre chère langue française.

Car sur certains points la langue japonaise peut être beaucoup plus facile !

Par exemple, on ne retrouve pas autant de règles de grammaire ou d’orthographe, il y a moins d’articles, ni de forme masculin ou féminin…

En tout cas, il existe beaucoup de raisons pour lesquelles j’ai choisi d’apprendre cette langue. En voici quelques unes : 10 bonnes raisons d’apprendre le japonais.

Cours de japonais en ligne

Sur ce site, vous trouverez diverses de ressources : des cours et formations pour aussi bien apprendre et parler japonais.

Dans chaque contenu, j’essaye de décrire au mieux les nuances de la langue japonaise en vous donnant mon point de vue en tant qu’expatrié.

Ci-dessous vous trouverez la liste des cours de japonais :