Liste des Hiragana (Alphabet japonais)

Les Hiragana est le premier alphabet japonais qu’on apprend à l’école primaire au japon. C’est un des 3 alphabets syllabaires qui compose la langue japonaise. Si vous avez lu mon article sur l’histoire de l’écriture japonaise qui traite de l’origine des hiragana, katakana et kanji, vous avez déjà une idée de quels alphabets japonais je parle.

alphabet-tableau-hiragana

Les hiragana c’est quoi ?

Comme je vous l’ai dit, c’est un des 3 alphabets en japonais. Mais surtout une des bases essentielle dans l’apprentissage du japonais car de nombreux mots, syntaxes grammaticales et articles les utilisent.

Leurs formes ont été inspirées des Kanji. D’après l’histoire, ce sont des femmes japonaises qui les ont inventés. Ils se composent de 46 caractères dont 5 voyelles.

On dit syllabaire car hormis les voyelles, chaque caractère a un son et correspond à une syllabe qu’on peut prononcer distinctement.

Si vous vous mettez à apprendre le japonais, vous ne pouvez pas faire d’impasse sur les hiragana ça serait comme « faire l’impasse sur les 10 premières lettres de l’alphabet français ».

Voyons en détail quand les utiliser et comment on les écrit.

Quand utiliser les hiragana ?

Techniquement on pourrait écrire tout les mots (Kanji, Katakana) en Hiragana. Mais en pratique (et vous vous en doutez certainement), un texte uniquement écrit en Hiragana est illisible, vous aurez simplement du mal à différencier les mots, les syntaxes grammaticales et articles.

Alors quand utiliser les Hiragana ? Voici les différents cas de figure où l’on utilise / doit utiliser les hiragana.

  • Lorsqu’un mot ne possède pas de Kanji (hormis les mots en Katakana) on utilise par défaut les hiragana. Par exemple, les mots demo (でも = mais), kara (から = à partir de) n’ont pas de Kanji.
  • Lorsqu’on complète la fin d’un mot ou d’un verbe via des Okurigana (送り仮名). Par exemple, le verbe « manger » : taberu (食べる) « tabe » s’écrit en Kanji et le reste « beru » en Hiragana, pareil pour le mot « festival » : matsuri (祭り) « matsu » s’écrit en Kanji et se termine par le Hiragana « ri »
  • Les particules en japonais s’écrivent aussi en hiragana : wa (は), wo (を), ga (が) etc…
  • Pour les mots qui contiennent des Kanji « difficiles ». Par exemple le mot « fraise » s’écrit いちご au lieu de , ensuite la « sauce de soja » s’écrit しょうゆ au lieu de 醤油.
  • Certains mots qui sont banalisés à force de les utiliser au quotidien. En effet il peut arriver que les japonais écrivent des mot dans leur version Hiragana afin de « les faire lire plus facilement ». Par exemple dans les magasins, le fruit « pêche » s’écrit souvent en hiragana もも au lieu de .
  • Et enfin, parfois les japonais ne se rappellent plus de leurs Kanji (et oui même les japonais ne maitrisent pas les 2136 kanji). Dans ce cas, ils écrivent en Hiragana.

Liste des hiragana

Le tableau des hiragana (清音)

Les hiragana se composent de 46 caractères voici la liste des hiragana dit SEION 清音.

En blanc, les hiragana et en gris leurs prononciations phonétiques en romaji.

AIUEO
KAKIKUKEKO
SASHISUSESO
TACHITSUTETO
NANINUNENO
HAHIFUHEHO
MAMIMUMEMO
YAYUYO
RARIRURERO
WAWO
N

Ci-dessus ce sont les hiragana dans leur formes basiques, mais il existe plusieurs moyens afin de modifier leurs sons :

Les Dakuon ou Dakuten (濁音 / 濁点)

Le dakuten ゛(appelé aussi tenten)  c’est une sorte de guillemet penché qui se met en haut à droite d’un hiragana

Il permet de changer le son des hiragana suivants :

KA, KI, KU, KE, KO, SA, SHI, SU, SE, SO, TA, CHI, TSU, TE, TO, HA, HI, FU, HE, HO

Ainsi, le KA devient alors GA, le KI devient GI…

Voici la liste des dakuon :

GAGIGUGEGO
ZAJIZUZEZO
DADI (JI)DU (ZU)DEDO
BABIBUBEBO

Les Handakuon ou Handakuten (半濁音/ 半濁点)

Le handakuten (appelé aussi maru) est comme le dakuten, il ressemble au symbole degré et se place aussi en haut à droite d’un hiragana.

Il change le son des caractère HA, HI, FU, HE, HO par :

PAPIPUPEPO

Les sons composés (Yōon 拗音)

Vous l’aurez compris, le Dakuten ou le Handakuten permet à un hiragana de changer de son.

Mais on peut aussi additionner deux hiragana pour en donner un nouveau. C’est le cas des sons composés ou aussi appelés Yōon.

Pour former un son composé on utilise en premier caractère un des caractères qui se fini en I, c’est à dire :

KI, GI, SHI, JI, CHI, NI, HI, BI, PI, MI, RI

et on ajoute un second caractère parmi les hiragana : YA, YU ou YO qu’on écrira 3/4 plus petit que le premier caractère.

Exemple : き + や = きゃ (KYA)

Voici la liste des sons composés :

KYAKYUKYO
KIきゃきゅきょ
GYAGYUGYO
GIぎゃぎゅぎょ
SHASHUSHO
SHIしゃしゅしょ
JAJUJO
JIじゃじゅじょ
CHACHUCHO
CHIちゃちゅちょ
NYANYUNYO
NIにゃにゅにょ
HYAHYUHYO
HIひゃひゅひょ
BYABYUBYO
BIびゃびゅびょ
PYAPYUPYO
PIぴゃぴゅぴょ
MYAMYUMYO
MIみゃみゅみょ
RYARYURYO
RIりゃりゅりょ

 

Le petit Tsu っ

Pour finir, le petit Tsu permet de créer un son coupé entre 2 syllabes.

En romaji on retranscrit le petit Tsu en doublant la consonne du deuxième caractère.

Voici quelques exemples :

にっき : Nikki (journal intime)

きっぷ : Kippu (ticket de train)

 

Voila nous avons vu tous les Hiragana que vous pourrez rencontrer. Prochainement je parlerais des Katakana qui sont tout aussi important !

N’oubliez pas que si vous apprenez le japonais il faudra connaitre par cœur la liste des Hiragana et Katakana (Kana) avant d’étudier les Kanji.

Ce n’est pas forcement facile de retenir les Kana japonais en une seule fois, généralement il faut 2 semaines pour les mémoriser et savoir les écrire.

Pour vous aider, je vous propose ma formation pour apprendre les Hiragana et Katakana en vidéos.

À propos de l'auteur
1 Commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Yumeshika Kazehaya
    (24 août 2016 à 0 h 00 min)

    Merci beaucoup, c’est très instructif! Avec ça et votre guide, je suis bien partie pour apprendre le Japonais.