Apprendre le japonaisLes astuces d'un expatrié qui vit au Japon

Comment écrire un CV japonais ?

Pour nous autres français, s’expatrier au Japon n’est pas une mince affaire. Une fois la langue apprise, avant ou après avoir obtenu un visa et fait le déplacement, suivant les cas, il vous faudra bien sûr trouver un travail.

Et au Japon, comme presque partout ailleurs dans le monde, la première étape pour prétendre à un poste est de rédiger son curriculum vitae (C.V.), version japonaise dans notre cas, bien entendu ! Voici donc une sommaire description de la composition et de la disposition traditionnelle d’un CV japonais, ainsi que quelques indications pour vous aider dans votre rédaction.

cv-japonais

De quoi se compose le CV japonais ?

Le CV au japon est sensiblement différent de celui que l’on peut trouver sur les bureaux des recruteurs de l’hexagone. Au pays Nippon, le CV se décompose généralement en deux parties distinctes : le Rirekisho (履歴書) et le Shokumukeirekisho (職務経歴書).
Étant de nature plus carrée et disciplinée que beaucoup d’européens ou d’américains (surtout ceux des pays aux influences latines ou méditerranéennes), les règles de l’art et les us et coutumes concernant le CV au Japon sont très précises et doivent être suivies à la lettre si vous voulez avoir une chance que votre candidature soit prise en compte par les recruteurs nippons.
Pour rédiger votre CV japonais, il ne vous suffira pas seulement d’avoir du papier et un stylo, ou un simple fichier Word sur votre ordinateur. Il faudra qu’il rentre dans le moule japonais. Bien que pour vous faciliter la tache, Il existe des modèles prédéfinis de Rirekisho que vous pouvez acheter dans certains commerces comme les papèteries, ou télécharger en ligne. Le Shokumukeirekisho compte à lui, est moins formalisé, et diverge d’un candidat à l’autre. A savoir que le CV japonais doit être écrit en Keigo (敬語), une forme polie du japonais, sans quoi vous manquerais de respect envers le recruteur.

Si vous avez besoin d’écrire un CV en japonais voici les modèles présentés dans cet article :
Téléchargez les CV exemples et vierges ICI

 

  • Le Rirekisho (履歴書)
C.V japonais

C.V japonais

Cette première partie du CV japonais a pour but de présenter le candidat sur un plan plutôt personnel, en décrivant la personne morale qui postule, ainsi qu’un résumé succinct de l’historique de formations et d’embauches, une simple phrase de motivation et une indication sur le poste visé.

  • Le Shokumukeirekisho (職務経歴書)
shokumukeirekisho japonais

shokumukeirekisho japonais

Le Shokumukeirekisho est un document plus complet qui décrit en détail l’expérience professionnelle du candidat.
On retrouve les différents postes occupés par le postulant, disposées d’une façon chronologique, les dates de début et de fin ainsi que les durées des emplois, les type de contrats, les salaires et les noms d’entreprise.Chaque postes occupés doivent ensuite être minutieusement détaillés, de manière à donner une idée au recruteur des différentes tâches réalisées au sein des diverses entreprises.
Vient ensuite la section réservée aux compétences professionnelles, suivie d’une véritable lettre de motivation, sensiblement similaire à celle que pourrait rédiger un candidat sur le territoire français, bien que certains aspects diffèrent légèrement.

 

1) Comment rédiger le Rirekisho (履歴書)

Ce formulaire débute logiquement par l’état civil du candidat, à savoir les nom et prénom, la date de naissance, le sexe, l’adresse et les informations de contact. Bien sûr les dates doivent être écrites suivant le calendrier en vigueur au Japon (date Wareki 和暦). Pour convertir votre date de naissance chrétienne (date Seireki 西暦) au format Wareki vous pouvez vous référer à mon article : Votre date de naissance en japonais.

En haut du formulaire, on retrouvera également  l’Inkan (sceau personnel faisant office de signature) et une photo d’identité obligatoire, contrairement à la coutume française. Le costume, sobre et professionnel, est de rigueur pour ces photos (voir exemples ci-dessous).

rirekisho_explications

cv-japonais-photo-exemple

Exemple de photos (source site doda)

Ensuite vient l’historique du candidat, regroupant son parcours intégral, aussi bien scolaire (dit gakureki 学歴) que professionnel (dit shokureki 職歴). Il est d’usage au Japon de débuter cet historique par l’entrée à l’école primaire. La précision est importante dans cet exercice et les dates d’entrée et de sortie de chaque établissement et entreprises doivent être inscrits dans cette section.

rirekisho_explications2
La partie suivante du document liste les qualifications diverses et non-directement liées à une activité professionnel. C’est là que vous devez inscrire les différents permis de conduire dont vous êtes titulaires, ainsi que les certifications (ex : TOFEL, TOEIC, Japanese Language Proficiency Test…) et titres variées que vous avez acquis dans un cadre de loisir par exemple, comme un certificat d’entraineur de sport pour juniors ou une publication remarquable.

Qualifications diverses

Qualifications diverses

Dans le cadre suivant, vous aurez la place pour rédiger quelques lignes sur votre personnalité et vos passe-temps. C’est la première indication qu’aura le recruteur sur la façon dont vous vous percevez vous-même. Évitez à tout prix la prétention et l’arrogance qui sont très mal perçues au Japon.
En dernier lieu, il vous faudra renseigner le recruteur sur vos prétentions au sein de l’entreprise que vous souhaitez intégrer. Vous devrez indiquer le poste que vous visez, le salaire approximatif que vous désirez, vos dates de disponibilité, ainsi que le lieu de travail et le temps de trajet qui le sépare votre lieu de résidence.

rirekisho_explications4

2) Comment rédiger le Shokumukeirekisho (職務経歴書)

Moins formel et pas forcément toujours exigé en ce qui concerne un poste a temps partiel. Cela dit, le Shokumukeirekisho n’en est pas moins important pour autant. Il met l’accent sur l’expérience et les compétences professionnelles, d’une manière qui rappelle fortement les CV européens et américains, à quelques différences près.
Le document débute évidemment par un entête suivit de la date et de votre nom. Pas besoin de s’étaler, le Shokumukeirekisho accompagne le Rirekisho, donc vos informations personnelles sont déjà connues du destinataire de votre candidature.
Viens ensuite la section « Chronologie abrégée » (略歴). Vous devez y citer vos différents employeurs et les postes que vous avez occupés, de façon chronologique en vous contentant de noter uniquement les dates des différentes positions.

shokumukeirekisho_explications1
Dans la deuxième section, vous l’aurez certainement compris, vous devrez détailler vos expériences citées dans la partie précédente. Soyez précis et concis à la fois, avec une mise en forme classique qui renseigne sur les dates et les durées des emplois, les intitulés complets des postes, ainsi que les principales tâches effectuées, sans vous flattez, rappelez-vous que l’humilité est une qualité essentielle d’un employé au Japon.
Il vous faudra ensuite présenter vos compétences vous prédisposant pour le poste auquel vous prétendez. Là encore évitez de vous faire mousser, répertoriez vos qualité professionnelle d’une manière professionnelle et avec précision.

shokumukeirekisho_explications2
Enfin, vous aurez à rédiger la dernière section composée d’un résumé de vos compétences (ici pour le poste de web designer 使用ソフト/使用言語 qui veulent dire Logiciels utilisés et Langages informatiques, personnalisable suivant l’emploi) suivit d’une lettre de motivation dite Jiko PR (自己PR), plutôt courte puisqu’elle ne représente qu’une partie du Shokumukeirekisho, et non un document à part entière comme c’est le cas dans beaucoup d’autres régions du Monde. Soyez assez conventionnel et formel, sans vos étendre à décrire l’entreprise que vous avez l’intention de rejoindre. Focalisez plutôt vos efforts sur ce que vous pouvez apporter concrètement à l’organisation, même d’un point de vue moral et éthique, autant que technique.

shokumeikeirekisho_explications3

Il nous vous reste plus qu’à télécharger CV vierge ou les exemples que j’ai préparé, les imprimer, d’attraper votre stylo, et au travail ! Bonne chance avec vos projets professionnels au Japon !

A propos de l'auteur

1 Commentaire

  • Claire(27 août 2015 à 20 h 46 min)

    Merci beaucoup pour cet article sur les CV..; je vais voir ce que je peux faire ^^ »
    bonne continuation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*